top of page
Rechercher
  • Admin

Débat en entreprise sur le logement à Auberge des Vergers

Dernière mise à jour : 6 mai 2023

23.03.23. 13ème débat en entreprise sur le logement à Auberge des Vergers, dans le nouveau quartier des Vergers à Meyrin, en présence de Pierre Maudet, Julien Pala, Djawed Sangdel, et de notre candidate meyrinoise Julia Sergio, habitante du quartier voisin de la Prulay.


Avec ses 5'000 habitant.e.s en appartements à loyer modéré, coopératives et PPE, le quartier des Vergers est un exemple réussi de mixité sociale. Pour preuve, l’Auberge des Vergers est une coopérative qui travaille en circuit court avec des agriculteurs et agricultrices du canton et s’engage dans l’insertion professionnelle aux côtés de la fondation Ensemble. 5 personnes en situation de handicap y travaillent.


Julien Pala et Djawed Sangdel ont présenté les deux projets du mouvement visant à faciliter l’accessibilité aux PPE en zone de développement à la classe moyenne et à favoriser la transformation de locaux commerciaux en logements. « On mise sur l’effet domino pour libérer des logements, car il est urgent de débloquer la situation dans le canton. La surtaxe que paient les locataires qui ne rentrent plus dans les barèmes en logement subventionné, indique très clairement que le transfert d’appartements est bloqué.», explique Pierre Maudet.

Un participant, candidat sur une autre liste, défend la déduction fiscale du loyer.


Le mouvement Libertés et Justice sociale y est opposé pour plusieurs raisons : Tout d’abord, cela favorisera les locataires les plus aisés qui pourront déduire une plus grande part, car rien n’est articulé sur le pourcentage de déduction. Ensuite, cette mesure fera porter à la collectivité publique le poids de hausses de loyer imposées par les régies privées et sera donc susceptible d’aggraver la conjoncture, dans la mesure où les pertes fiscales ainsi engendrées devront être absorbées par le budget de l’État. Finalement, cette baisse d’impôt, qui ne dit pas son nom et n’articule pas le montant de son coût, postule par ce biais sur une relance de la consommation ; or, en période de grande incertitude et de crises récurrentes, rien ne dit que cette déduction du loyer poussera les Genevois et les Genevoises à dépenser plus.


Pour que toutes les catégories de la population puissent se loger, le canton doit prioriser une politique du logement qui combat la spéculation immobilière et défend la qualité.







6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page