top of page

Quel leadership pour l’industrialisation de l’Afrique ?

Date de publication :

Actes du Colloque international sur le thème :

SWISS UMEF a organisé, le 29 janvier 2020, en coopération avec Continent Premier. Com Magazine, un colloque international sur le thème : « Quel leadership pour l’industrialisation de l’Afrique ? », au Château d’Aïre. Ce colloque, suivi par 115 participants (diplomates, dirigeants d’entreprises, chercheurs, enseignants, étudiants,…), a été animé par un panel de discussions composé de Madame Dre Milasoa Chérel-Robson, économiste (Section Afrique) et ex-Cheffe par intérim du Bureau régional pour l’Afrique de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) ; de M. Moundiaye Cisse (Sénégal), Directeur exécutif de l’ONG-3D; de M. Djawed Sangdel, professeur de Leadership et d’Entreprenariat et président de Swiss UMEF University, Genève ; et de M. Frank Van Rompaey, fonctionnaire de l’Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI).


Résumé des communications:

Partant de l’idée que l’Afrique a toujours été une source de matières premières, et qu’aujourd’hui elle est aussi devenue un marché important pour les entreprises étrangères, M. Moundiaye Cisse fait le constat que cette situation profite exclusivement à l’élite politique qui s’enrichit.


Afin que cette situation change, il faudrait des dirigeants experts et visionnaires qui permettent au continent de se développer par ses propres moyens, en particulier en encourageant le commerce intra régional, la construction d’infrastructures, l’accès des entreprises à de l’énergie, à des coûts compétitifs et à une monnaie commune.


Il appelle de ses vœux la création de grandes entreprises et la souveraineté budgétaire.

Le professeur Djawed Sangdel a plaidé pour la mise en place des 5 E (estime, éducation, énergie, entrepreneurs et économie), comme proposées par sa théorie. L’éducation et l’énergie, en particulier, devraient permettre le décollage économique de l’Afrique.


Mme. Chérel-Robson insiste sur le développement du commerce intra-régional et se félicite de la création et du rôle de la Zone de libre-échange continental africain (ZLECAf), qui représente une opportunité unique pour l’Afrique de concrétiser son ambition de faire du commerce international un moteur pour l’industrialisation et la marche vers la prospérité. L’auteur passe en revue les obstacles au commerce intra-régional et les coûts très élevés qu’il engendre. Les changements nécessitent, cependant, un fort leadership technique et politique.


M. Van Rompaey insiste sur la nécessité de la phase d’industrialisation comme base indispensable du développement. La quatrième révolution industrielle permet que l’on se pose des questions sur le rôle de l’industrialisation pour le développement à l’exception de l’introduction de nouvelles technologies, ce qui présente un défi majeur pour les pays en voie de développement.


L’ONUDI a identifié quatre principes importants permettant le développement économique basé sur l’industrialisation dans les pays en développement :


Le leadership politique ;

Une stratégie réaliste ;

Une collaboration entre les secteurs public et privé ; et

La mesure de l’impact.

Summary of communications

Starting from the point of view that Africa has always been a source of raw materials, and that today it has also become an important market for foreign corporations, Mr Moundiaye Cisse observed that this situation exclusively benefits the political elite that becomes wealthier.


To change this situation, expert and visionary leaders are required to allow the continent to develop by its own means, in particular by encouraging intra-regional trade, the building of infrastructures, the supply of energy to corporations at competitive prices and a common currency.


He hopes that large corporations will be created and that countries will achieve budgetary sovereignty.

Professor Djawed Sangdel made a case for the establishment of the 5E (esteem, education, energy, entrepreneurs and economy), as proposed by his theory. Education an energy, in particular, should allow Africa’s economic lift-off.


Mrs Chérel-Robson insisted on intra-regional trade development and was pleased by the creation and the role of the African continental Free Trade Area (AfCFTA), which is a unique opportunity allowing Africa to establish its ambition for international trade to be the engine of industrialisation and the way to prosperity. The author reviews the obstacles for intra-regional trade and the very high costs they create. Changes require, however, a strong technical and political leadership.


Mr Van Rompaey insisted on the need of an industrialisation phase to act as a basis for development. The fourth industrial revolution leads us to ask ourselves questions on the role of industrialisation in development with the exception of the introduction of new technologies, which represents a major challenge for developing countries.


UNIDO has identified four important principles allowing for the economic development based on the industrialisation of developing countries:

Political leadership;

A realistic strategy;

A cooperation between the public and private sectors; and

The measure of the impact.

bottom of page